NON-SENS …

On la voit bien la vague : elle arrive, nous éclabousse par petites gouttelettes dans un premier temps. C’est la mousse, tout le monde crie, s’époumone et court dans tous les sens ! Puis elle se casse dans un grand fracas, nous englobe, nous tourne et nous siphonne … Et enfin, elle nous jette tels des jouets désarticulés au bord du précipice, nous sommes inconscients, à bout, c’est la fin … L’impression d’être passé à l’essoreuse de la machine à laver. On est séchés. Le covid-19 2ème round c’est ça, et la canicule 2020 nous a achevés … Après ma série de la première quinzaine d’Août, je me demande comment demain matin je vais me lever pour affronter cette dernière journée.

« AFFRONTER »

Parce que, du plus loin que je me souvienne, mon projet de vie n’était pas de travailler comme une dératée 14h/jour, être ir-respectée par les patients, leur famille, les tutelles et les instances ; victime d’incivisme, pour donner 70% de ce que je gagne en charges et impôts … No, no, no, du plus loin de mon souvenir c’était plutôt : trois enfants, un duplex aux Buttes Chaumont avec balcon, rire, partager, s’amuser et profiter de la vie.

« RATE »

Ca fait longtemps que je me dis que je vais écrire un recueil des phrases formidables que l’on entend au détour des tournées, c’est en projet mais je ne trouve pas ça tellement gai. Les trois plus jolies de ces derniers mois (je les note dans un carnet au cas où je fasse fortune pendant un futur confinement) sont les suivantes :

12 Avril 2020, confinement J+ pfff, Me B : « Vous avez de la chance, vous, vous avez des masques ! » – question de point de vue (elle est bien).

10 Aout 2020, canicule, 45 degrés à l’ombre : « Vous avez de la chance, entre chaque patient, vous prenez l’air ! » – oui, dehors il fait bon, c’est un délice. (Mon visage a cramé sous le masque au niveau des élastiques / fait 70° en dessous, mais ça va, t’inquiète je met Ci d’A° ça gère !). « Note pour plus tard : prendre l’air, et loin ! »

Le TOP 50 revient à Mr M, fils d’une patiente, qui ce Samedi 15/08 a trouvé plutôt sympa de me prévenir à 8h15 par SMS que sa mère était très en colère puisque je n’étais toujours pas là, et qu’il se demandait bien ce que je faisais dis donc ? (J’y vais donc à 8h30 en temps normal.) Et bien facile ! Je suis au bar. En train de me servir un mojito avec un petit parasol en papier violine et une jolie paille dorée, merveilleux 15 Août à vous aussi. J’ai pas vu ma famille depuis 15 jours pour assurer la continuité des soins à 8h30 de bonne-maman. Mais ça va, t’inquiète, j’assume. « #Perfusons tous les patients chroniques, parce que je m’ennuie, oui, ils vont tous mal et suspense au mois d’Août les docteurs sont dans les Hamptons, ils font une fête anti-covid sans nous ! »

Mais à quoi bon, sincèrement ? Mais qu’a-t-on fait pour mériter autant de sympathie, d’amour et d’indulgence ?

Le Segur est passé, les collectifs de santé en demandent un 2ème, parce que non, rien ne convient. Les aides de la CPAM sont clôturées et l’argent avancé va rapidement être réclamé, il faut qu’ils calculent … La Carpimko nous a « offert » 500 euros. En fait, JE me suis fait un virement de 500 euros, car il me semble bien cotiser 8000 euros par an, c’est donc MON argent, ce n’est pas une aide d’Etat et ce n’est pas un cadeau. La DGS nous avertit toutes les semaines – le Dimanche c’est mieux – ce petit mail sécurisé je l’aime bien, car il motive mon cerveau à retenir ce mot de passe que j‘oublie systématiquement et de façon hebdomadaire, je bloque donc ma connexion, et j’ai pas le temps pour tout ce tralala – désormais, semaine 78, soit le 4/10/20 « la distribution de masque en officine ne sera plus assurée, vous devez faire des stocks d’EPI, vite ». Ah oui ? (Dire que j’ai mis trois semaines à me reconnecter au serveur sécurisé POUR ÇA ?) Vraiment, merci pour cette piqûre de rappel, au cas où Hibernatus sorte de mon corps … Sait-on jamais, Simone …

Refrain bis : mais à quoi bon, sincèrement ? Mais qu’a-t-on fait pour mériter autant de sympathie, d’amour et d’indulgence ?

J’ai vu, il y a des gens qui ont besoin d’avoir des affichettes collées sur des vitrines, et que la police leur dise « c’est pas bien » pour qu’ils veuillent bien mettre un masque pour se protéger et protéger les autres ; genre, pour éviter un
re-confinement (tu sais là où on est les seuls à sortir et les conjoints, eux, ils travaillent à la maison, les enfants sont à la maison, faut faire l’école, et après tout le monde pète les plombs et devient associable avec le PQ / sauf Angelina Jolie parce que : elle fait des gâteaux et la vaisselle avec ses enfants ; elle trouve ça super-youpi).

« PUERILS »

La deuxième vague a claqué, je me retrouve échouée, démembrée, lessivée sur le sol humide d’une planète qui dit stop à une société déchaînée.

« LA REALITE »

Tout cela n’est qu’une vaste blague. Je vais me coucher.

Réveillez moi plus tard quand mon déménagement sur Hawaï sera terminé (et les cartons défaits svp) !

BIP

COVID-19 dans le monde, 15/08/2020
Manifestation personnel soignant, 2020
Beyrouth, Août 2020
Biélorussie, Août 2020
Amazonie, Août 2020

2 réponses sur “NON-SENS …”

  1. Et bien dites donc , pas terrible votre situation ! Quel est votre métier ?? …. ah , infirmière « libérale » , je me disais qu’il y avait de nombreuses similitudes avec le mien ! Bien venue au club chère consœur et n’oubliez pas que la profession d’infirmier(e) est la préférée des français ! ( on en a de la chance, qu’est-ce que ce serait si nous étions détestés … mais on paie peut-être le fait d’être aussi des « patrons » ! Bon courage à tous et continuons à ne pas se laisser manger tout cru !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *