Bien gérer sa facturation, pour mieux dormir !

« J’ai la tête qui éclate, j’voudrais seulement dormir … »

Je sais, c’est un peu ringard comme référence, mais tellement d’actualité. Comme si l’avenant 6 avec son lot de changements de cotations ne suffisait pas, nous voilà avec de jolis cadeaux empoisonnés, les cotations COVID. Lorsqu’on est infirmier libéral chevronné et bien formé aux cotations, c’est déjà une situation complexe à gérer. Trop d’infos, trop d’intox arrivent pelle mêle dans nos cerveaux … Alors pensons à nos confrères fraîchement installés … quelle galère!

Je me souviens de mes débuts dans la facturation: je m’étais acheté un bouquin écrit par une IDEL, je l’ai dévoré, j’ai avalé la NGAP plusieurs fois jusqu’à l’indigestion, je me suis inscrit sur le forum l-idel.fr que je n’ai plus quitté depuis 2004. Déjà ce n’était pas simple. Aujourd’hui je pense à toutes celles et ceux, anciens ou nouveaux IDEL qui galèrent dans la facturation avec une NGAP à  la française, avec de plus en plus de règles et d’exceptions. Plus que jamais il est temps de se former sur les cotations. Mais attention, ne choisissez pas votre organisme de formation au hasard. Il existe quelques organismes de formation véreux malheureusement. Soyez prudents.

Je vais vous donner  4 clefs pour que la facturation ne soit plus une source de stress:

1/ SE FORMER sans compter.

Il est indispensable de suivre régulièrement des formations NGAP pour se faire des piqures de rappels, pour s’entrainer, se tenir au courant des évolutions et des nouvelles réglementations. Soyez un IDEL bien formé en nomenclature. Pensez à notre partenaire ENZYM 😉 (enzym.fr). Le petit plus après la formation NGAP d’ENZYM: le SAV est assuré, vous pourrez continuer d’échanger par mail avec la formatrice pour partager vos difficultés en matière de cotations.

2/ ÉCHANGER le plus possible.

Que ce soit sur Facebook, le forum l-idel.fr, sur LinkedIn, ou entre collègues de votre secteur, échangez vos doutes, vos conseils, ne vous fiez pas à un seul son de cloche sur une cotation complexe. Ne restez pas isolés avec vos doutes ou vos certitudes.

3/ S’ORGANISER est indispensable.

Toute dépend de votre patientèle, de la structure de votre cabinet. L’idée étant d’optimiser son temps de facturation. Par exemple, regroupez la facturation des AIS et forfaits BS à une fois par mois, cela ne sert à rien de le faire tous les jours. Clairement vous y passerez moins de temps qu’en le faisant tous les jours ou chaque fin de semaine ! Notez en évidence les dates de renouvellement, ou alors paramétrez vos alertes sur votre logiciel afin de ne pas prendre de retard. Notez aussi en évidence les absences, les hospitalisations. Une fois par mois c’est bien, cela vous permettra aussi de faire le point sur les DSI ou BSI à renouveler.

Pour les soins ponctuels, je ne remets jamais la facturation au lendemain, j’ai mon TLA avec moi, soit je fais un tier payant, soit je fais régler mon patient mais quand je quitte son domicile, je n’ai plus à revenir dessus.

Ensuite il ne reste plus que les séries de soins à facturer: j’essaie toujours d’anticiper la facturation avant mon dernier passage, et si j’oublie je ne repasse jamais chez le patient, je fais un dégradé, je gagne du temps.

4/ LE RÉSEAU est ton ami.

Si vous êtes au moins deux IDEL dans le cabinet, choisissez un logiciel de gestion qui fonctionne en réseau. Vous y gagnerez un temps précieux, plus de double saisie des informations, moins de risque d’erreur. Allez lire mon article à ce sujet si ce n’est pas déjà fait! (article sur le fonctionnement du cabinet en réseau)

Et vous quel est votre secret pour mieux dormir ?

Vous pouvez me contacter directement sur mon blog: blog_cedric
Ou me laisser un commentaire sur cette page:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *