Jamais sans ma voiture !

Par les temps qui courent, l’augmentation du gasoil, enfin, surtout des taxes de l’Etat – sic, la CSG à 9,70%, les impôts revenus/fonciers/habitation, des reguls URSSAF en veux tu en voilà, notre copine de la Carpimko, taxe entreprise CET (ah vous l’aviez oubliée, c’est la fête le 15 Décembre ttuuutuuuu)…

On se sent étranglés sur ces fins d’année… Presque à regretter ce Mojito de trop, la fameuse soirée du 17 Août, il coûtait que 8 euros mais quel écart de budget !!! (oui les tapas étaient pas mal aussi…)
Alors le mieux est de trouver ce qu’il nous faut concrètement comme voiture : notre premier outil de travail à toutes et tous… – sauf pour ceux qui prennent leur vélo, mes héros du quotidien, qui se reconnaîtront…

Nous avons le choix, pour ne pas rouler dans la vieille 205 que mamie nous a donné il y a 25 ans. Travailler avec un véhicule usagé peut être rapidement un casse tête si tous les matins vous devez appeler votre collègue car vous êtes en panne (à moins que vous ayez une trottinette dans le coffre)… Mieux vaut donc optimiser pour être autonome et pas trop embêté avec l’immobilisation de votre auto chez le garagiste pour un oui ou pour un non.

Nous allons étudier les différents choix qui s’offrent à vous dans un premier temps ; puis voir comment ça se passe en comptabilité dans un second temps :

LES CHOIX

1/ La LLD : Location Longue Durée.
Vous vous rendez chez le concessionnaire de votre choix, évaluez les kms que vous allez effectuer sur 12/24/36/48 /72 mois (durée de votre LLD). On va vous évaluer un tarif, qui entre ou non dans votre budget, que vous devez donner en dessous de votre capacité. N’oubliez pas que l’assurance pro et le carburant de votre véhicule est à prendre en compte dans le budget annuel…
Vous allez négocier avec le commercial en face de vous, qui ressemble étrangement à un vendeur de tapis, très à l’aise avec ses chiffres passant souvent de 400 euros/mois à 340 euros/mois, comme par magie… enlever une option, ou rajoutez en une, prenez une voiture sur parc… Vous arriverez à vos fins, avec la bonne couleur : rose bonbon.
NB : Vous pouvez modifier le nombre de kms en cours de contrat avec votre organisme de leasing, et ainsi éviter les pénalités en fin de contrat.
Lorsque le tarif est établi, vous repartez avec votre véhicule à la date prévue et le ramenez dans le temps imparti de votre contrat.
C’est là que les choses se corsent… Vous allez rendre votre véhicule après avoir travaillé quelques années dedans. Un conseil : carrosserie, jantes, intérieur… essayez de rendre un véhicule nickel voire comme neuf, car ils ne vous louperont pas , essayez de connaître avant le retour « l’état acceptable d’utilisation » du véhicule par le loueur.
Je vous conseille d’effectuer des réparations si nécessaires à vos frais donc avant le jour J. Sinon vous paierez le prix concession/fabricant … il ne s’agit pas de racheter des jolis tapis de sol, mais faire un réel nettoyage de fond…
Chez certains loueurs assez honnêtes, on vous remboursera les kms non parcourus. Vous pourrez aussi re-négocier (oui, encore 😉 ) le retour si vous repartez avec un véhicule du même concessionnaire…

2/La LOA ou le crédit-bail :
C’est à peu près la même chose que pour le LLD , donc on négocie, sauf en ce qui concerne le retour du véhicule. A la fin du temps imparti, votre véhicule est soit racheté par vos soins ( = valeur résiduelle – vos loyers), soit racheté par votre concession (ou une autre) au prix de l’argus, ou tarif négocié ! Peu importe le montant qu’il vous reste à payer, cette fameuse valeur résiduelle. Cela peut être une bonne opération, comme une mauvaise… Attention si c’est vous qui revendez le véhicule à une tierce personne et que vous en retirez une plus value, ce sera soumis à impôts, car la cession est supérieure à la valeur nette comptable. Si il s’agit d’une perte, ce sera une moins-value.
Conclusion : des fois, il vaut mieux le racheter pour soi ou, négocier un prolongement du leasing, lisez bien les contrats « entre les lignes ».
L’astuce est de ne pas tomber dans le panneau lors de la négociation : on va vous baisser les loyers pour vous faire plaisir et rentrer dans un budget établi, et l’air de rien la valeur résiduelle augmentera SAUF QUE, arrivé au bout du crédit bail, cette valeur sera bien supérieure au prix de l’argus et donc au prix payé par la concession qui rachète, si tel est le cas… Ceux qui en ont fait l’expérience ont souvent mis quelques sous (voire bcp) de leur poche.
Ce n’est pas une pratique très courante pour les professions libérales. Le crédit bail est conseillé pour les entreprises qui délivrent des voitures de sociétés à leurs salariés , et qui déduisent surtout la TVA. Vous pouvez acheter un véhicule d’une autre manière, on y vient.

3/ L’achat :
– Vous avez les moyens professionnel et/ou personnel de vous acheter un véhicule cash (parfait), vous pouvez l’entrer dans le patrimoine professionnel et l’amortir.
– Vous devez emprunter. Ce sera le même principe qu’un leasing avec des loyers mensuels, mise à part que vous gardez bien le véhicule pour vous car vous êtes propriétaire, il s’agit du patrimoine professionnel. Vous pourrez déduire vos intérêts d’emprunt, en plus de l’amortissement du véhicule sur 5 ans.

EN COMPTA, comment ça se passe ? Le casse tête du réel ou du forfait…

1/ LE CHOIX entre « réel » et « forfait »

a. Les frais « réels »
Tous vos frais de véhicules sont entrés en comptabilité : assurance, essence, lavage auto, leasing, réparations, pneus… ce sont les « frais de véhicule ».
Il est réintégré sur votre 2035 une somme si votre véhicule est d’un montant supérieur à 18300 euros neuf – cas général (en fonction du taux d’émission CO2 depuis 2017, 20300e mais aussi 9900 e) et 30000 euros en cas d’un véhicule électrique, messieurs dames pensez donc eco-responsable !
Il est également réintégrée la part personnelle ou dite  » privée de vos déplacements « .

Exemple concret

Données :
LLD 370 euros / mois
Prix du véhicule : 23300 euros (5000 euros supérieur à 18300 e)
Kms parcourus : 24000 ; Kms personnels : 4800

On va faire un tableau, montant en euros sur l’année :

Dépenses Montant total Part privée A réintégrer
Loyers 4420 (A)
Part non déductible ( = les plafonds d’amortissement) 511(B)
Dont usage privé (A-B) 3909 20% 782
Carburant + assurance + entretien et réparation 3748 20% 749
total 2042
Vous avez dépensé 8.168 euros pour votre véhicule sur l’année et vous passer en frais pro 6.126 euros.

 

b.Les frais « kilométriques »
Tous vos frais de véhicules sont entrés en comptabilité dans le compte « prélèvement personnel », exceptées les dépenses : parkings et péages si ces frais sont justifiés, location de garage, achat GPS, intérêts d’emprunts du véhicule acheté…

Exemple concret avec les mêmes données que précédemment, càd le même véhicule.

5CV
Kms professionnels : 19200 Kms

BARÈME KILOMÉTRIQUE POUR 2019 (applicable aux revenus 2018)

CV De 0 à 5 000 Km De 5 001 à 20 000 Km Plus de 20 000 Km
3 0,410 x km (0,269 x km) + 906 0,315 x km
4 0,493 x km (0,291 x km) + 1 136 0,349 x km
5 0,543 x km (0,305 x km) + 1 188 0,364 x km
6 0,568 x km (0,320 x km) + 1 244 0,382 x km
plus de 7 0,595 x km (0,337 x km) + 1 288 0,401 x km

(19200 x 0,305) + 1190 = 7046 euros.

Vous avez dépensé 8.168 euros pour votre véhicule sur l’année et vous passez en frais pro 7.046 euros.
(Dans cet exemple il est donc plus intéressant d’être au forfait de 920 euros)

Cas : Le véhicule vous appartient : si vous utilisez un véhicule du patrimoine personnel ou professionnel, vous pouvez déduire vos frais au réel ou au forfait.
Attention, ce sera certainement le forfait le plus avantageux pour vous puisque dans le 1er cas la voiture vous appartient déjà, dans l’autre cas vous avez acheté la voiture et vous l’amortissez, on en parle…

 

2/ La déduction fiscale

– En cas de LOA, LLD, crédit bail, vous n’êtes pas propriétaire du véhicule, il n’y a donc pas de déduction possible supplémentaire.

– En cas d’achat , le véhicule sera amorti sur 5 ans en mode linéaire, dans un tableau d’amortissement. Il faudra réintégrer (tableau case 7 2035B, dernière colonne) la partie non déductible du véhicule si il dépasse la base des plafonds amortissables (18300 euros / 20300 e hybride / 9900 e / 30000 e électrique)

A vous de voir finalement ce qui est le mieux pour vous dans TOUS les cas de figure. Vous pouvez passer du réel au forfait d’une année sur l’autre, ça ne pose aucun problème, mais pas en cours d’année. Il faut faire un choix entre le forfait ou le réel !

En tous cas sachez que dans l’esprit des gens, même si vous roulez dans cette voiture :

 

 

 

Pour eux, l’infirmière libérale française, roule dans cette voiture car elle est pleine aux as… et les plombiers, eux, on ne sait pas, puisqu’ils facturent 60 euros le déplacement la visite à dom , peut être qu’ils ont des hélicos ? (…)

 

 

 

Vous pouvez me contacter directement sur mon blog: blog de Cécile
Ou me laisser un commentaire sur cette page:

4 réponses sur “Jamais sans ma voiture !”

    1. Bonjour Chantal. On ne m’a jamais proposé de tels montants en ce qui concerne un LLD. Il faut dans un premier temps peut être se concentrer sur une voiture qui coûte moins de 30000 euros à l’achat neuve.

  1. Vous avez raison
    Enfin de carrière je suis en frais réels mais j’ai toujours pris l option de l’amortissement km acheter une bonne voiture quand j’ai pu….. en dehors du divorce. ..élever un enfant seule….Les nounous hors de prix..leurs horaires ne sont pas les nôtres. .. des calciparines 6h30 18h30 en station se ski voiture blanche congères et un fils Une vie un roman… bref aujourd’hui la retraite. ..enfin il paraît. ..Et maintenant je suis passé au réel pour une année il paraît que c’est mieux
    Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *