La prescription infirmière : QUI ? QUOI ? OU ? COMMENT ?

QUI ? Qui peut prescrire chez les infirmiers (ières) ?
Les détenteurs d’un SNIR ! Donc tous les infirmiers libéraux installés peuvent prescrire.
Les remplaçant(e)s, peuvent également prescrire, mais ils/elles doivent le faire, comme sur une feuille de soin : barrer les coordonnées du titulaire et y inscrire les leurs Nom/Prénom/n° ADELI.
QUOI ?

Vous connaissez tous la liste des dispositifs que vous êtes en droit de prescrire, et sous quels accords, elle est ici : https://www.ameli.fr/infirmier/exercice-liberal/prescription-prise-charge/regles-exercice-formalites/regles-prescription-dispositifs-medicaux
Ce qui est à retenir : prévenir le médecin, qu’il soit en accord avec votre prescription & les produits que vous prescrivez doivent figurer sur la liste LPPR.

Je ferai tout de même un rappel sur ce que l’on sait en général moins :

  • Ordonnance infirmière libéraleSets à pansements, vous devez préciser : grande plaie/petite plaie. Aiguë/chronique, nombre de sets (3/5). Pour rappel, il n’est pas obligatoire d’avoir des sets à pansements stériles, si utiles soient ils, pour des plaies qui ne le sont pas, restez logiques.
  • Il est interdit de prescrire deux dispositifs pour une même plaie. Exemple : gel + hydrocellulaire. Vous devrez prescrire : gel (dispositif)+ film.
  • Sets à perfusions, depuis mai 2016, il est obligatoire pour les pharmaciens et les prestataires de service d’effectuer une ordonnance Perfadom, qui comprend des forfaits de soin (gravité/diffuseur, pompe…). Elle doit être signée par le médecin traitant. Vous ne pouvez donc plus, en toute logique, prescrire du matériel pour perfusion car celui ci n’a plus de codes LPPR.
  • Crème type ialuset (le vert) : oui.
  • Sérum physiologique, antiseptiques… : non.
  • Tous les pansements à base d’argent : non.
  • Les pansements à base de charbon (plaies malodorantes++) ne sont pas remboursés par la SS, sauf un seul, renseignez vous pour les patients porteurs d’une plaie cancéreuse.
  • Mi bas/jarrets : oui, en renouvellement.
  • Matériel coussins anti escarre/matelas gaufrier/cerceaux de lit… oui ,tant qu’il ne s’agit pas de dispositif classe II : prescription médicale.
  • Les contraceptifs oraux : sur renouvellement d’une prescription initiale, maximum 6 mois, renouvelable 2 fois.
  • Les bandelettes d’auto surveillance glycémique pour les patients avec un diabète de type II. Les appareils à glycémie eux sont strictement sur prescription médicale (renouvellement tous les 4 ans autorisé).
  • Substituts TNS, sevrage tabagique, liste ci jointe, s’inscrit dans le projet de loi de la prévention tabagique : VOIR LE PDF.
OU ?

L’ordonnance peut être manuscrite ou informatique.
Manuscrite = papier à entête, ordonnancier distribué par les laboratoires, bizone ou non.
Informatique = éditée à partir d’applications de labos/pansements ou directement depuis votre logiciel de gestion.
Elle doit comporter votre identité + N°ADELI.
Nom/Prénom du patient, il doit être notifié si le patient est en ALD, AT et la date.

COMMENT ?

Soyez précis dans ce que vous prescrivez et notez le code ACL.
Si vous souhaitez un produit et seulement celui-ci car vous y tenez pour votre patient, notez « NS » à côté du produit : « non substituable ».

Je rappellerai que vos prescriptions doivent être en adéquation avec vos soins & cotations.
Même si nos prescriptions ne sont pas rémunérées, elles sont englobées dans une cotation : le MCI (5,00 euros). Attention, cette cotation contient également la tenue d’un dossier de soins et les transmissions pluri-professionnelles.
Vous êtes en droit de pratiquer cette cotation pour tout patient porteur d’une plaie que vous côtez AMI4 (sauf ablation de fils et agrafes plus de 10) ; ainsi que pour tout patient en soins palliatifs, à chaque passage.
Au niveau du SNIR, si vous cotez beaucoup d’AMI4+MCI et que vous ne prescrivez pas du tout, ce ne sera pas logique, idem pour l’inverse.

J’ajouterai que les dernières négociations conventionnelles de mars 2019 vont dans notre sens en ce qui concerne, entre autres, la prescription certainement de produits antiseptiques et sérum phiysiologique nous sera (enfin) autorisée.
Une cotation particulière pour le « Bilan initial des plaies » est également à l’étude.

Vous pouvez me contacter directement sur mon blog: blog de Cécile
Ou me laisser un commentaire sur cette page:

5 réponses sur “La prescription infirmière : QUI ? QUOI ? OU ? COMMENT ?”

    1. Dommage que cet avenant ne soit pas encore passé…
      Voici la dernière phrase de l’article que vous venez de lire : « J’ajouterai que les dernières négociations conventionnelles de mars 2019 vont dans notre sens en ce qui concerne, entre autres, la prescription certainement de produits antiseptiques et sérum phiysiologique nous sera (enfin) autorisée.
      Une cotation particulière pour le « Bilan initial des plaies » est également à l’étude. »

  1. Il n’est parfois pas utile de prescrire d’autres pansements ou de sets car on les récupère chez les patients dont les soins sont terminés (ex: ordo rédigée par service de chir pour un canal carpien : un panst tous les 3 jours pendant une semaine et délivrance de 3 boites de sets…..) etc, etc

    bien cordialement

  2. En effet on apporte le surplus de nos patients trop founrni par les pharmacies c’est bien mais on doit aussi informer le médecin de Ce que nous faisons réellement afin qu’il sache notre implication et notre efficacite
    N’oubliez pas de dire ce que vous faites reellement et arrêtez de vous excuser de bien faire

Répondre à Le Guen Chantal Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *